Surdoué.e ou Précoce ?

Je m’insurge et veux remettre les pendules à l’heure.

D’ailleurs, rien qu’en posant ce titre tel quel je vais me faire des ennemis, et en très grand nombre (et de tous les bords, notamment tous ces précoces qui se targueront d’être surdoués).

D’emblée et au kazou vous auriez des doutes sur ma légitimité, je suis détecté THPI depuis des lustres, surdoué mais pas précoce ! Et rassurer vous, je ne vais pas refaire toute une thèse, d’autres ont déjà fait le boulot, plus ou moins bien. Pour l’instant, seules les personnes informées des aspects biologiques, psychologiques et notamment en neuroscience intégrative en comprendront les tenants et aboutissants, pour les autres, c’est facile à comprendre et il y a des dizaines de bouquins de recherche et autres essais que je tiens à disposition si vous voulez plus d’informations.

Pour l’instant : alors surdoué.e OU précoce ?

Toutes les littératures autour des EPI, HPI, THPI, et autres zèbres concernent sans différenciation précoce ET surdoué. Comme si un enfant précoce était surdoué ou qu’un enfant surdoué était précoce. Ben non, je refuse cette assertion. Précoce, ça veut bien dire ce que ça veut dire : « plus tôt » et pas « plus que ».

Pour m’en expliquer plus scientifiquement, reprenons une étude récente en IRM fonctionnelle que vous pourrez trouver ici : Click (mais il y en a pleins d’autres), et même si il y est question de précocité inhomogène, il s’agit bien là de surdouance et non de précocité. Mais gardons un peu de pudicité, tant que le dictionnaire ne discréditera pas cette terminologie inappropriée.


L’image centrale de cet article montre clairement la différence de fonctionnement du cerveau, et même si cette expérience est basée sur un seul type de problème, d’autres expériences ont conclu au même résultat. Pour ma part, je peux vous dire que tous les compatriotes que je côtoie fonctionnent de la même manière.

IRM Fonctionnelle
Ici nous avons une imagerie IRM fonctionnelle de l’activité cérébrale sur laquelle on peut lire les zones mises en jeu et leurs degrés d’utilisation pour répondre à un exercice relativement compliqué, mais solvable par les protagonistes.

a) étant l’IRM d’un cobaye aux capacités dans la moyenne,
b) l’IRM d’un cobaye surdoué,
c) les zones du cerveau activées seulement chez le surdoué et non chez le cobaye a.

Le Z score est la résultante de l’intensité : plus la couleur est jaune/blanche, plus l’activité cérébrale est forte.

Surdoué : Comme le surdoué active énormément plus de zones du cerveau que les gens non-surdoués, et qu’elles sont activées concomitamment, très fortement et très rapidement (comme un flash) ; cela donne une caractéristique très commune chez les surdoués, mais très mal comprise et acceptée au quotidien : leur incapacité à détailler et expliquer tout processus de raisonnement qui les amène à la solution d’un problème (pas seulement mathématique) : ils donnent directement la solution, mais sans savoir comment ils y sont arrivés. C’est pour le moins perturbant, y compris pour nous-mêmes, je vous rassure.

Autre exemple, au quotidien, cela se traduit par exemple, par une totale incapacité à évaluer des déclarations du type « Mon cousin est homosexuel ! ». La réponse d’un surdoué sera quasi systématiquement : « Et alors, tu veux en venir où ? ». Un surdoué est incapable de solutionner une telle déclaration, car aucune zone du cerveau ne prendra le dessus sur une autre : associative, émotionnelle, spatiale, compréhension, rationnel, préfrontal, …

Précoce : l’image IRM b) n’existe pas chez le précoce, ni la c par déduction. Il fonctionnera comme une personne normale a, avec une intensité beaucoup plus forte. C’est pourquoi une personne précoce a bien plus de chances de s’intégrer dans vie sociale et professionnelle qu’un surdoué.


Qu’en retenir en définitive ?

Le fonctionnement même du cerveau est totalement différent chez les précoces que chez les surdoués. Le cerveau du précoce galope comme celui de « tout le monde », mais a atteint une maturité « plus tôt » que la normale. Ce qui implique un meilleur développement synaptique et mécaniquement une intelligence plus développée et plus « précoce ». Imaginez votre cerveau fonctionnant deux fois plus vite avec une plasticité neuronale d’un enfant de 5 ans.

Mais cela ne veut pas forcement dire plus intelligent, une fois atteint l’âge de maturité, pas forcement en avance chez les précoces, le même« niveau d’intelligence » global sera fixé, au même titre que tout un chacun, vers 25 ans (Fin de la myélinisation des axones du lobe préfrontal (raisonnement et contrôle émotionnel).


Besoin d’une discussion en environnement non médical avec un ado précoce ou surdoué ?

Juste besoin de parler et de trouver des solutions pour vous-mêmes ?

Contactez-moi par téléphone au 06 63 22 37 23
via le formulaire de contact ici.
par mail Clic ici

Laissez-moi un commentaire