Olivier Maisonneuve, Facilitateur de vie à MyniceFamily, vous présente le truc du weekend.

On s’en occupe ?

Drôle de question pour un « Truc du Week-end »

Bien évidement, cette locution est totalement volontaire, et destinée à poser l’intrigue sur le sujet que je vous propose pour ce week-end.

Travailler, faire la cuisine, suivre les devoirs, prévoir les vacances, faire des travaux …  Toutes ces activités constituent la vie normale d’une famille; et il n’est rien à dire sur la nécessité de ces activités. Ah, mais si quelqu’un d’autre pouvait s’en occuper !

Hors, une famille solide, pérenne, nécessite un équilibre; imaginez une étoile, avec autant de pattes que de membres d’une famille, que vous tenez en son centre pour la garder en équilibre du bout d’un doigt… pas facile.

Plus il y a de membres dans la famille, plus l’équilibre est difficile à trouver, chacun voulant trouver son propre espace, son propre poids dans la famille. Et dans toute famille normale chacun fait quelque chose pour la communauté (la famille), chacun apporte sa pierre à l’édifice. C’est si simple, la vie exprimée ainsi. Mais l’équilibre parfait n’existe pas, un individu en fera toujours plus que les autres, et parfois, donnera l’impression d’en faire plus que les autres. Alors comment faire pour garder l’équilibre ?

Comment faire pour garder l’équilibre quand compter les points est juste impossible, puisqu’il n’est pas possible de peser le poids de l’éducation, des habitudes, de la compétence ou juste de l’intérêt de chacun à effectuer une action au bénéfice des autres.

Reste que le déséquilibre d’une famille (son implosion) vient souvent d’un sentiment de l’un d’entre eux « d’en faire beaucoup plus que les autres », en tout cas c’est un sentiment courant.

Prendre soin des autres, n’est pas s’occuper des autres

Que faire alors pour redresser l’étoile et la garder bien à plat une bonne fois pour toute ? Peut-on envisager que ce ‘travail’ donne droit à une certaine forme de reconnaissance au sein de la famille ?

Une réponse, et si le contre-poids pouvait se trouver dans le bien-être, dans la facilitation du quotidien ? 

Il ne s’agit pas de rendre coup pour coup, un calcul malsain su type : une obligation = un droit au bien-être.

Je vous propose simplement l’évidence : d’envisager de préparer un bain surprise à votre femme, d’embarquer vos enfants au cinéma pour que votre partenaire profite de 2h seul à la maison, de lui amener un plaid bien chaud, un café au lit, d’aller faire un câlin à votre gamin juste comme ça, de vous faire une soirée télé/pizza/coca avec votre gamine juste comme ça …

Prenez l’habitude de vous lâcher, d’abandonner la pression, d’éteindre le smartphone, de vous détendre, d’arrêter de réfléchir aux conséquences. Prenez du temps, prenez le temps.

Je propose à chacun des partenaires de penser à l’autre, de penser aux autres membres de manière bienveillante, de manière attentionnée, sans rien attendre en retour. Regardez-les à travers le prisme de la gentillesse et de la compassion.

L’équilibre à trouver est là, pour chaque membre, un juste équilibre entre des relations attentionnées, et la nécessité de porter attention aux obligations courantes dont il faut s’occuper.


Impossible, trop beau pour être vrai ?

Peut-être avez-vous besoin d’un guide, d’un facilitateur de vie ? Contactez-moi ici


N’hésitez pas à commenter et à partager.

Laissez-moi un commentaire